avis-primaire-gauche

Ce que je pense de la primaire de la gauche

La primaire de la gauche qui s’est déroulée les 22 et 29 janvier 2017 avait pour objectif d’investir le candidat du Parti Socialiste qui se présentera à l’élection présidentielle de 2017 à venir. Au même titre que la primaire de la droite qui s’était déroulée quelques semaines auparavant, la gauche a elle aussi organisé sa primaire. Les candidats étaient au nombre de sept pour une seule place évidemment. Benoit Hamon, Vincent Peillon, Arnaud Montebourg, Sylvia Pinel, Jean-Luc Bennahmias, Manuel Valls et François de Rugy se sont affrontés lors du premier tour qui a vu deux candidats se qualifiés pour le second tour. Il s’agissait alors de Manuel Valls et de Benoit Hamon. Et à la fin, c’est bel et bien Benoit Hamon qui a remporté cette primaire avec plus de 58 % des suffrages.

Une organisation à revoir

Hormis le résultat de cette primaire, il faut quand même retenir les erreurs dans l’organisation de celle-ci. Notamment lors du premier tour où le chiffre de la participation n’a pas pu être annoncé avant quelques jours en raison de plusieurs erreurs dans la comptabilisation des bulletins. Il est donc même fort probable que les résultats annoncés ne soient pas très exacts. Cette mascarade ne joue pas en faveur du Parti Socialiste et égratigne encore un peu plus son image. Ce dont il n’a absolument aucunement besoin en raison du contexte déjà difficile du paysage politique à gauche.

primaire-gauche-avis

Une gauche plus que jamais divisée

En effet, la candidature d’Emmanuel Macron met une pagaille immense au sein de la famille de gauche qui n’en est plus une aujourd’hui. Déjà que le second tour opposant Manuel Valls à Benoit Hamon a divisé le parti, puisque ce sont eux visions bien différentes de la gauche qui s’opposaient, la montée en puissance du candidat Emmanuel Macron n’arrange rien. Les proches de Manuel Valls, perdant de la primaire, sont prêts à voter pour Emmanuel Macron et de ce fait, à ne pas respecter le principe de la primaire qui est de soutenir, qu’importe le résultat, le candidat investi. Le candidat du Parti Socialiste est alors très affaibli, et pourtant

Benoit Hamon se dit déterminé à aller jusqu’au bout sans renoncer à sa candidature même si Emmanuel Macron serait mieux placé.

Au final, la primaire de la gauche, en plus d’avoir écorné l’image du parti dans l’opinion publique, a également posé les bases d’une division interne qui risque d’être impossible à réparer. L’organisation du débat d’entre deux tours a aussi été à mon avis, une fracture entre les partisans de Manuel Valls et de Benoit Hamon. Opposés sur de nombreux sujets et dans leur vision de la gauche, les candidats ne se sont pas fait de cadeaux lors de ce débat télévisé qui a fini de fissurer les deux camps.

Je crois bien que la gauche a perdu beaucoup avec ce fiasco de la primaire, et par conséquent ne sera pas présente lors du second tour de l’élection présidentielle. Ce qui serait un drame dans la vie politique de la gauche.